• Céline De Leo

A 27 ans, elle quitte son job de consultante pour un travail qui a du sens !

Est-ce que toi aussi tu en es arrivé à un stade de ta vie pro où tu te demandes : « mais qu’est-ce que je fous là » ?


Toi aussi tu rêves d'un job où tu pourrais t'épanouir, contribuer à un monde meilleur et développer tes talents au quotidien ?


Elle l'a fait !

Dans cet article, je te parle du parcours d’Alicia, 27 ans. Après des études en école de commerce et une première expérience dans l'une des entreprises de conseil les plus connues au monde, elle décide de quitter son job bien payé au Luxembourg pour changer de secteur d’activité. Un choix risqué, elle doit d’abord renoncer à son salaire et à ses responsabilités... mais c’est ce choix qui lui a permis de lancer son propre projet d’entrepreneuriat engagé : une plateforme de vente en ligne réunissant les plus jolies pièces de mode responsable.


Est-ce que toi aussi tu en es arrivé à un stade de ta vie pro où tu te demandes : « mais qu’est-ce que je fous là » ?


63% des personnes s’ennuient au travail. Donc, même si tu as l’impression que tout va bien pour le reste de tes collègues, tu n’es pas seul.e.

C’est juste qu’on a souvent très peur d’avouer qu’on n’a pas assez de travail ou que le travail qu’on nous donne est trop facile pour nous... Ou ne nous intéresse pas !


Elle te dit tout dans cette vidéo, et je t'en dis encore plus dans cet article, pour t'aider à oser libérer tes talents et donner à ton job le sens que tu veux vraiment !

Être au mauvais endroit, peut te faire perdre toute ta confiance en toi !

« Le matin je me levais pour aller au boulot, pour gagner de l’argent et pour que le client soit content de mon service, mais je n’y allais pas parce que j’aimais ce que je faisais. J’avais l’impression de me perdre » - Alicia

Tu te dis sûrement « je me plains alors que j’ai la chance d’avoir un boulot, je suis vraiment une mauvaise personne, un.e enfant gâté.e ».


Le résultat, c’est que, petit à petit, tu perds confiance en toi. Tu peux même carrément perdre l’estime que tu as de toi. C’est-à-dire sous-estimer la valeur que tu te donnes. Car, d’après nos aspirations actuelles et les messages envoyés par notre culture, le travail est censé être une mesure de notre contribution à la société et le moyen par lequel on peut développer notre potentiel et s’épanouir.


Puisque tu évalues qu’en ce moment, tu ne contribues pas autant que tu le devrais, que tu n’utilises pas ton potentiel, tu te culpabilises et la valeur que tu te donnes, baisse. Tu vois pourquoi certaines personnes peuvent carrément partir en dépression parce qu’elles s’ennuient ou parce qu’elles ne sont pas à leur place ?



Par où commencer

« C’était la première fois de ma vie où j’étais perdue, je ne savais ce que je voulais faire. C’était très dur au début parce que je ne savais pas quelle question me poser. J’étais vraiment bloquée » - Alicia

Pendant toute ta vie, depuis que tu es un baby, tu as été lancé sur les rails de ta vie. Ecole, études, boulot. Tout s’est à peu près enchaîné sans que tu te poses trop de questions. Soit parce que tu savais ce que tu voulais. Soit parce que tu CROYAIS savoir ce que tu voulais.


Et là, tu te rends compte, que le rêve que tu poursuivais...n’étais pas vraiment le tien.

Mais plutôt celui de tes parents.

Ou celui de tes amis.

Ou celui de la société.

Tu as toujours été un.e bon.ne élève, tu as suivi la voie qui t’étais réservée...

Mais une fois arrivé au bout du chemin, tu te dis : mais qu’est-ce que j’ai foutu pour en arriver là, ce n’est pas du tout la vie dont je rêve.


Oui mais le problème... C’est que tu as perdu ton rêve.

Oups, et maintenant, que faire pour le retrouver ? Tu es bien embêté.e. Alors tu te dis que tu te prends peut-être la tête pour rien. Autour de toi, les gens n’en font pas tout un plat. Peut-être que tu avais surestimé la satisfaction que le boulot pouvait t’apporter. Tu ferais bien de retourner répondre à tes mails sans sourciller.


Voici 3 questions simples à te poser pour commencer à te questionner sur ce que tu veux vraiment pour trouver la motivation et le sens dans un job qui peut vraiment te rendre heureux.se.


1. Fais le constat, qu’est-ce que tu ne veux pas ? Transforme ça en ce que tu veux !


Si on part du principe que tout ce que tu as fait jusqu’ici ne t’a pas permis, au bout du compte, d’être épanoui.e, la conclusion est déjà la suivante : tu ne sais pas ce que tu veux mais au moins, tu as quelques idées de ce que tu ne veux pas. Fais la liste, ça te permettra déjà d’y voir un peu plus clair sur ce que tu dois impérativement exclure de ton projet professionnel. Il te suffit ensuite de transformer tout ça en affirmations positives.


Exemple perso :


Je ne veux plus :

• Travailler dans un secteur qui ne m’intéresse pas

• Être dans une fonction routinière

• Faire partie d’une structure qui ne me donne pas accès à de la formation


Donc je veux :

• Travailler dans un secteur qui m’intéresse

• Être dans une fonction qui me permet de varier les activités et les projets

• Faire partie d’une structure qui me permet de développer mes compétences


YEAAAAAH BRAVOOOO !

« D’abord, j’ai pensé qu’il fallait que je m’éloigne le plus possible de ce que je faisais actuellement puisque je n’aimais pas du tout» - Alicia

2. Fais la liste de tout ce que tu aimais faire enfant et quelles sont tes passions ?

« Ensuite je me suis demandée ce que j’aimais. J’ai toujours aimé aider les autres, même quand j’étais enfant j’étais toujours la défenseuse des causes perdues. Et puis j’aime faire du shopping, j’aime la mode. Je ne voulais pas seulement aider les gens, ma vision c’était aussi d’aider la planète. C’est comme ça que j’ai eu l’idée d’YCCA dont la mission est d’allier style et éthique » - Alicia

Exemple perso :

Inventer des histoires et les écrire ou les dessiner ou en faire des pièces de théâtre (ça prouve mon goût pour la créativité et la communication)


3. Demande-toi la différence que tu veux faire dans le monde ? Quel sens voudrais-tu donner à ton passage sur la Terre ?


No panic, tu ne dois pas sauver le monde. Réfléchis à ce qui a du sens à tes yeux. Est-ce qu’il y a une cause qui est importante pour toi ? Et si oui, laquelle ? Et pourquoi ? Qu’est-ce que tu voudrais qu’on dise de toi quand tu quittes la pièce... Imagine le jour de ton enterrement (je sais c’est glauque mais ça aide), qu’est-ce que tu aimerais qu’on dise de toi et de ta vie ? L’idée, c’est de te demander quelle différence tu veux faire à ton niveau pour les gens que tu aimes, pour ta communauté ?


Exemple perso :

Je veux que mon passage sur Terre laisse une trace de joie. A mon enterrement, j’espère que mes proches auront un sourire aux lèvres en se rappelant de tous ce qu’on aura vécu et qu’ils diront de moi que j’ai fait de mon mieux pour agir en accord avec mes convictions.


« Tant qu’on ne fait pas quelque chose qui nous plait réellement, c’est se mettre des bâtons dans les roues pour réussir. Peut-être que ça veut dire créer son propre métier en faisant quelque chose qui est unique à toi » - Alicia


Mettre des mots sur tes peurs

« Commencer toute nouvelle chose c’est effrayant. Mes peurs c’est l’instabilité financière parce que j’ai eu un bon salaire pendant plusieurs années et je ne sais pas quand je vais retrouver cette stabilité. Il y a aussi l’incertitude de ne pas savoir si on va performer dans cette nouvelle activité parce que si on ne l’a jamais fait, on ne sait pas si on va être bon là-dedans » - Alicia

Quelles sont les peurs qui te retiennent de passer à l’action ? Une fois que tu auras nommé ces peurs, tu pourras les analyser et passer à l’action pour les surmonter. Sont-elles vraiment fondées ou es-tu en train d’être enchaîné.e à ta zone de confort ?


Peux-être que tu t’auto-sabotes car tu ne crois pas pouvoir mériter le bonheur ?


Quand tu auras fait cette liste, demande-toi ce que ces peurs t’empêchent d’accomplir et réfléchis: quelle différence ça ferait dans ta vie si tu gommais ces peurs ?


Exemple perso :

  • La peur du jugement des autres : « tu avais un avenir si brillant qui t’attendait, quelle déception »

  • La peur de l’échec : « si je change pour faire quelque chose qui me plait et qu’au final je n’aime pas ça non plus, je suis fichue »

  • La peur financière : « si je quitte cet emploi, il y aura un gros trou dans mon CV et je finirai sous les ponts si je me plante »

« Ce qui m’a donné des ailes pour essayer quelque chose d’autre, c’était le fait d’être au pied du mur. Je ne suis pas quelqu’un qui prend beaucoup de risque mais là je n’avais pas le choix. Ce travail pesait beaucoup trop sur mon moral et affectait trop mon bonheur » - Alicia


Trouver ton flow pro, c’est possible

Le bore-out, la perte de sens totale au travail, la sensation d’être une parfaite inconnue à moi-même... J’ai connu ça !


Mais je voulais croire que c’était possible de changer et de construire une vie plein de motivation et de challenge. Aujourd’hui, je partage avec toi le fruit de ces recherches ainsi que des parcours inspirants pour te prouver que OUI, c’est possible.


Peut-être suffit-il d’y croire ?


« Je me sens totalement à ma place puisque mon travail allie tout ce que j’aime faire, je n’ai pas du tout l’impression de travailler, c’est du plaisir » - Alicia

Retrouve toutes les marques stylées et éthiques sélectionnées par Alicia sur YCCA !


Toi aussi tu veux trouver ce qui te fais vibrer pour pouvoir vivre une vie pleine de motivation et de sens ? Contacte moi ! Clique ici