• Céline De Leo

Les qualités cachées des gens pas concentrés

Mis à jour : oct. 30

Est-ce que toi aussi tu as un don pour entamer 1000 projets à la fois, pour voir les choses en grands et ne pas savoir par où commencer, pour arriver en retard à tous tes rendez-vous et pour t’inscrire à 50 cours en ligne à la fois ?


Est-ce que tu vis cette apparente dispersion comme une malédiction ? ou comme un don ?


Que tu le saches ou non, cette difficulté de concentration que tu considères comme une malédiction est en fait une conséquence de... TON DON.

Tu te dis souvent «je me disperse et je ne me trouve pas très doué.e » ? On te dit que tu es distrait.e ? Que tu as du mal à te concentrer ? Que tu vas trop vite ? Que tu as la tête en l’air ? Que tu ne vas jamais au bout de tes projets ? Si, jusqu’ici, tu croyais avoir un problème, tu vas vite changer d’avis en lisant cet article inspiré de faits réels !


Est-ce que tu arrives souvent en retard à tes rendez-vous car une tâche aussi basique que t’habiller se termine en course contre la montre au moment où tu reçois un message d’une de tes amies qui te fait penser à un podcast que tu veux écouter, à peine le temps de le mettre dans ta liste d’attente sur Spotify que ton regard est happé par cet oiseau qui passe par la fenêtre, mais où va-t-il cet oiseau migrateur ? et pourquoi on dit "migrateur", tu dois absolument connaître l’origine sémantique de ce mot...


Ça te parle ce genre de situation ? Peut-être que, comme moi, tu es un peu agité.e des neurones, rien de grave, je dirais même plus, quelle chance !


Car au-delà des problèmes parfois incongrus qu’engendrent ton hyperactivité cérébrale, tu es peut-être loin de te douter des qualités associées... Si si, il y en a comme par exemple tes capacités d’innovation, de créativité et de leadership qui se cachent derrière ton « manque » apparent de concentration.

Intéressants, les talents orageux : ils ont plusieurs musiques - Anne Barratin, philanthrope et femme de lettres française.

Les qualités des gens qui manquent de concentration


1. Ta curiosité t’amène à explorer de nouveaux horizons


Quand tu es là, on ne s’ennuie pas. Tu es une mine d’or de savoirs, que tu t’en rendes compte ou non, tu peux t’adapter à n’importe quel interlocuteur.

Tu es à l’écoute et tu es aux aguets, tu sais qu’une rencontre ordinaire peut mener à une découverte extraordinaire.

Que tu aimes creuser un sujet en détails ou accumuler de l’information sur des sujets variés, ta soif d’apprendre est une des sources principales de ta motivation. Passionné.e par le monde qui t’entoure, apprendre est ta vocation. Souvent autodidacte, ta capacité naturelle à absorber des concepts et des informations peut même t’empêcher de te rendre compte de tes nombreuses connaissances ! Pour développer cette qualité, trouve le fil conducteur sous-jacent à tes recherches et expériences en tous genre pour pouvoir organiser toutes ces informations dans ton cerveau.


2. Tu as une imagination débordante et tu n’es jamais à court d’idées !


Tes recherches et la manière dont tu perçois les enjeux de ton environnement te mènent souvent à imaginer des solutions innovantes aux enjeux de tes congénères.


Tu aimes imaginer des chemins de traverses, faire tes propres expériences, qui débouchent parfois sur des idées originales.

Tu es force de propositions, tu penses qu’il n’y a pas de problème, que des solutions. Rapide dans ta capacité à créer des scénarios et des projets parfois (trop) ambitieux, tu peux parfois te sentir incompris par les personnes qui t’entourent et qui ne captent pas la logique de tes idées. Plein d’énergie et d’enthousiasme, tu te sens frustrés quand les choses ne bougent pas assez vite pour toi.


Le savais-tu ? Les recherches démontrent que l’important n’est pas le nombre de neurones que nous possédons, mais plutôt la quantité de liens qu’il est possible de générer entre eux. C’est ce qu’on appelle les réseaux neuronaux. Bravo ! C’est ta spécialité : faire des liens improbables entre des concepts, idées, faits, expériences qui, d’apparence, n’ont rien de commun entre elles (être innovant quoi...).


3. Ton enthousiasme est contagieux et tu as une âme de leader


Chaque nouveauté éveille ta curiosité et ton imagination, c’est pourquoi tu as tendance à t’emballer à la vitesse de la lumière et à communiquer cet enthousiasme à ton entourage. C’est normal, tu te vois déjà en haut de la montagne, et c’est très bien. Il n’y a aucune limite à tes rêves et on a envie de te suivre dans ce merveilleux pays qui habitent tes pensées.


Tu as cette étincelle d’espoir dont le monde a besoin, trouve la voie que tu souhaites éclairer et on te suivra !

Les difficultés rencontrées par les gens pas très concentrés


1. Tu as du mal à passer à l’action


Tu pars tellement loin et vite dans tes réflexions que tu peux parfois toi-même t’y perdre.


Tu vois les choses en grand (parfois très grand) et tu peux être frustré par la réalité qui te parait fade face à tes rêves hauts en couleurs.

Tu te décourages vite au contact de ce monde si éloignée de ton idéal. Tu ne sais pas par où commencer pour atteindre tes objectifs ambitieux et tu as donc du mal à concrétiser tes projets.


La question qui sauve : quelle est la première action à réaliser, l’action la plus simple, qui sera la plus facile pour toi et te rapprochera de ton objectif, même si c’est d’un millimètre ? (Imagine que je veux lancer ma marque de lingerie éco-responsable, ma première action pourrait être de faire une recherche sur d’autres marques qui réalisent la même activité et de faire une liste de cette concurrence pour avoir un benchmark du marché).



2. Tu as du mal à faire des choix


Tellement d’opportunités, si peu de temps.

Tu veux prendre la meilleure décision mais dans ton esprit à l’affut de toutes les possibilités, tu finis par te perdre dans tant de probabilités de...te tromper.

Tu te retrouves tétanisé et immobilisé, suspendu.e dans cet océan de possibles et d’idées toutes plus prometteuses les unes que les autres.


La question qui sauve : parmi toutes mes idées, laquelle contribue le plus à satisfaire mes besoins du moment ou laquelle me motive le plus, laquelle me donnera le plus de regrets si je ne la réalise pas, laquelle me procurera le plus de satisfaction si je la réalise.


Ne pense pas à ce que tu vas perdre en réalisant ce choix, mais plutôt à ce que tu vas gagner :

• Si ça marche : tu auras réalisé un de tes projets

• Si ça échoue : tu pourras passer au projet suivant !


3. Tu t’ennuies vite


Tu as besoin d’être stimulé par la nouveauté et d’être challengé, de trouver des solutions, de réfléchir à des options...

Veille à apporter du grain à ton moulin pour ne pas qu’il se mette à mouliner à vide ! Réalise des activités où tu as la possibilité de rencontrer des personnes qui vont nourrir ta curiosité sur des sujets variés.


Transforme ta malédiction en don : l’acceptation


Avant toute chose, la meilleure solution pour ne pas t’auto-flageller pour ta légère tendance à partir dans tous les sens, c’est avant tout : l’humour !


Rigole de toi ! Rigole encore ! Je t’assure que ça marche.

Voici encore quelques astuces tirées de mon expérience personnelle et qui m’aident à garder le cap (plus ou moins).



  1. Quand tu veux passer à l’action : Limite les distractions, simplifie et concentre-toi sur un seul projet à mener à bien à la fois. Souvent, mes objectifs sont beaucoup trop élevés. Par exemple, je veux écrire un blog, je décide d’écrire 1 article par jour (alors que je n’ai jamais fait ça de ma vie). Je commence à écrire mon premier article. Au bout de 2 heures, je n’ai toujours pas fini de le rédiger, je stresse car il est déjà 22h00 et je n’ai pas atteints mon objectif du jour. Je me dis que je suis vraiment nulle. Vous voyez le problème ? L’objectif en soi est trop élevé par rapport à mon emploi du temps du moment et mes capacités. Donc je simplifie et je revois mon objectif : 1 article par semaine (ce qui est déjà pas mal) et quand je me serai améliorée (parce que oui, malheureusement, les choses vont moins vite dans la vrai vie que dans mon imagination) je passerai à 2 par semaine. En gros, vous pouvez réduire votre objectif d’au moins 50%, si vous êtes comme moi et que vous pensez qu’une journée comporte 50h et que vous sous-estimez systématiquement le temps que va prendre une tâche.

  2. Assume ton grain de folie, la source de ton génie : la monotonie t’angoisse et n’est pas faite pour toi, organise ton emploi du temps pour travailler sur des activités variées en lien avec ton imagination débordante, réserve-toi des moments pour nourrir ta soif d’apprendre.

  3. Demande de l’aide, fais appel à une personne (ami.e, famille ou pro de l’accompagnement) qui t’aide à revenir sur Terre quand tu pars en orbite sans te brider dans tes rêves et sans te limiter dans tes projets : oui, aujourd’hui tu rêves de lancer ta marque de lingerie éco-responsable ou de réaliser un documentaire sur la maltraitance des animaux dans les zoo... en même temps, tu as ce projet de création de bijoux à base de canettes recyclées qui est à deux doigts de voir le jour, ce serait dommage de ne pas le concrétiser. Alors on termine ET pendant les pauses, on se renseigne sur le coton écologique. C'est l'étape que j'ai le plus de mal à respecter, courage !


Alors, est-ce que toi aussi tu as un don pour entamer 1000 projets à la fois, pour voir les choses en grands et ne pas savoir par où commencer, pour arriver en retard à tous tes rendez-vous et pour t’inscrire à 50 cours en ligne à la fois ? Est-ce que tu vis cette apparente dispersion comme une malédiction ? ou comme un don ?


Si tu as reconnu quelqu’un de ton entourage que ces astuces pourraient aider, tu peux partager ces conseils en lui envoyant l’article par mail ou via les réseaux sociaux.

Si tu veux savoir à quoi ressemble une journée ordinaire dans ma tête de fille pas très concentrée, c’est par là.


Tu veux en parler ? Contacte-moi !