Pour trouver le job de tes rêves, arrête de le chercher !

Tu veux trouver le job de tes rêves ? Dans cet article je t'explique pourquoi le fait de "trop penser" et "de me prendre la tête", m'empêchait d'y voir clair. Tu vas aussi découvrir les 3 choses que tu peux arrêter de faire dès aujourd’hui pour trouver un job qui a du sens pour toi.


Depuis plusieurs années, je me plains : il y a plein de choses que je veux faire, j’ai des rêves plein la tête, mais rien n’y fait, je n’arrive pas à passer à l’action et à me lâcher totalement.


Je ressasse encore et toujours les mêmes choses :

• Je ne trouve pas ma place

• Je ne fais pas le job de mes rêves

• Je ne sais pas par où commencer pour trouver « ma voie »

• Je suis trop nulle pour y arriver

• Je ne sais pas comment faire pour m’organiser


Je cherche, je cherche, et, plus je cherche, et plus j’ai l’impression que mon rêve s’éloigne, devient hors de ma portée. J’ai l’impression de m’épuiser à poursuivre des chimères qui s’amusent de me voir tourner en rond.


Pendant longtemps j’ai cru que j’avais un problème :

• De concentration

• D’organisation

• De dépression


Plus je me disais que j’avais un problème, et plus j’en avais... qui devenaient de plus en plus gros et prenaient carrément toute la place dans ma tête, dans ma vie !


Tout ça ne faisait que me confirmer une chose : j’étais nulle et je ne pouvais pas y arriver.

Et nous voilà repartis pour un tour...


Récemment, j’ai compris une chose... À tant chercher, je n’avais même pas imaginé une seule seconde que la réponse pouvait se trouver sous mon nez.



J’étais trop occupée à regarder à l’extérieur, au loin, à l’autre bout du monde, chez les autres, n’importe où sauf en moi, vu que je suis nulle, je ne vois pas comment j’aurais pu avoir la moindre réponse !


« Ce que vous cherchez est caché dans le chercheur même; le chercheur est le cherché; alors, tellement de névrose, tellement de folie » - Osho

Voici 3 comportements que j’adoptais et qui m’empêchaient de voir les réponses évidentes qui se trouvaient en moi depuis le début :


1. Vouloir être reconnu.e

Ou chercher à me réorienter dans un domaine qui me permettrait d’être reconnue par mon entourage, de "réussir".


Ce phénomène est difficile à expliquer, car il se passait de façon assez inconsciente. J’ai pu m’apercevoir récemment, que, dans mes réflexions de réorientation, je faisais passer la question:

  • « que va-t-on penser de moi »

Avant

  • « qu’est-ce qui me ferait plaisir »

Voici ce qu'il se passait dans mon scénario intérieur quand je faisais passer le besoin d'être reconnue avant le besoin de faire ce que j'aime:


"- J’ai plein d’idées d’histoires incroyables dans la tête, j’écrirais bien des livres, en plus j’adore ça, écrire.


- Mais Céline, tu ne sais pas écrire, qu’est-ce que les gens vont penser de toi une fois que tu auras travaillé sur un tel projet et que tu échoueras (évidemment que tu vas échouer, ça se saurait si tu savais écrire un livre).


- C’est vrai, quelle idée, je ferais bien de me remettre à chercher des clients pour mes activités de conseil, ça au moins c’est du sérieux, quand on me demande « tu fais quoi dans la vie », je peux répondre quelque chose qui tient la route et pas avoir l’air trop à côté de mes pompes. Et puis, consultante, ça passe partout, ça devrait faire taire les gens..."


Bon... et mon idée de livre, tu vois qu’elle s’est évaporée en moins de temps qu’il faut pour y penser! Quel drame !

Du coup j’étais tout le temps tiraillée entre l’appel de mes envies profondes et la peur du qu’en-dira-t-on, qui était tellement puissante que je m’y soumettais : en m’autosabotant.

Tu as peut-être déjà ressenti ça : j’avais un poids énorme sur les épaules qui me retenait d’avancer dans une direction qui me convient, simplement parce que je faisais des suppositions sur ce que les gens peuvent bien penser de ce que je fais.


Secret n°1 : ils s’en foutent !


O-M-G, cette sensation ressemble un peu à une voiture qu’on veut faire avancer en appuyant en même temps sur le frein et l’accélérateur. Quelle usuuuuure !

Donc, si toi aussi tu te dis des choses du genre « comment se soustraire aux injonctions de la société ? ». Imagine, ça changerait quoi dans ta vie de réaliser que c’est toi-même qui t’imposes ce poids et qui te mets des bâtons dans les roues ?

Oui, je sais, c’est choquant. J’ai mis 3 ans pour comprendre ça !


2. Vouloir se rendre utile

Ou chercher absolument à être utile aux autres, à aider les autres, à répondre à leurs besoins... avant de penser aux miens et à ce que je veux vraiment faire intimement.


Mon scénario interne :


À quoi je sers ? C’est quoi ma mission de vie ? Comment sauver l’humanité ? Non, mais ça ne sert à rien ce que je suis en train de faire là... À quoi bon ? Autant arrêter tout de suite ! Mais alors que faire ? Comment me rendre utile ? Comment apporter de la valeur ? Contribuer ? Il n’y a rien à faire, je ne suis personne, je ne peux rien faire, oubliez-moi, non ! Attendez, revenez, il y a bien une chose que je pourrais faire pour vous aider ? Dites-moi quoi ! Dites-moi simplement QUOI faire ! Vous avez une idée ? Je sais tout faire : des calculs, organiser des soirées, coudre des vêtements, faire la cuisine, imaginer une stratégie pour votre entreprise et repérer les talents. Vous avez un job pour moi ? Super ! Attendez, je ne suis pas sûr que ça me plaise de devenir banquière. Je n’y vois pas trop de sens. Moi, ce que j’aime, c’est rêver, imaginer, rigoler, manger. Vous avez quelque chose en lien avec ça ? Écrire des histoires ? Pourquoi pas, oui. Je n’ai qu’à écrire, me dites-vous ? Mais par où commencer ? Et si personne ne me lit ? Je ne gagnerai pas un sou ! Je finirai sous les ponts... Et puis à quoi ça sert d’écrire des histoires d’amour et de raconter la vie d’une fille banale qui ne sait pas ce qu’elle veut et en fait trop, tout le temps ? Vous voyez... Je n’ai aucune utilité... Je ne serai jamais heureuse, le bonheur, ce n’est pas pour moi. La vie est beaucoup trop injuste pour les personnes de ma condition, les passionnées, les sensibles, etc...


S.O.S ...


Est-ce qu’il faut vraiment que je continue pour que tu comprennes à quel point le problème de mon utilité était bloquant pour mon développement ? Le résultat : je me positionnais en victime.


Mon malheur était dû à la vie, qui était beaucoup trop difficile pour moi.

C'est pas ma faute, si je peux pas être heureuse

Et toi, est-ce que tu te poses aussi la question de ton utilité ? Pourquoi ?

  • Peut-être que tu attends qu’on te donne une bonne note ?

  • Peut-être que tu attends un 10/10 ? Mais de la part de qui ?

  • Est-ce que tu te compares à d’autres personnes quand tu évalues le niveau de ton utilité dans le monde ?

Est-ce que tu te rends compte que le temps que tu passes à te poser toutes ces questions et à te prendre la tête... est du temps que tu passes à être littéralement inutile ? Je te taquine ;)

Si tu as le même type de questionnements existentiels, je te propose de répondre à cette simple question :

En quoi est-ce important pour toi de te rendre utile ?

Personnellement, j’avais une peur panique de ne servir à rien. J’ai donc travaillé sur cette peur. La peur... de n’avoir AUCUNE valeur. J’en ai déjà parlé ici, dans cet article sur ton rapport à l’argent et comment la peur de ne pas avoir de valeur peut t’empêcher de passer à l’action dans tes projets.


  1. D’abord, je me suis autorisée à être totalement inutile.

  2. Et ce n’est pas parce que je ne suis pas utile, que je n’ai pas de valeur.

  3. En m’accordant une valeur intrinsèque, naturelle, juste là parce que j’existe, j’ai pu me libérer de cette peur d’être inutile.

  4. À partir de là, j’ai réalisé que l’important était de produire, de dire, de faire... ce qui a du sens pour MOI.

  5. Et j’ai commencé à écrire sur les pensées rocambolesques d’une fille banale qui se pose beaucoup trop de questions... mais qui se soigne.

  6. Je me sens déjà beaucoup mieux.

Je ne sais pas si c’est utile, mais quelque chose de magique s’est produit : à partir du moment où j’ai fait ce que j’aime, sans me poser la question angoissante de l’utilité, je me suis sentie bien, et je n'avais plus aucune question à me poser ! J’ai su exactement ce que j’avais à faire.

Est-ce que c’est ça, le flow ?


3. Attendre l’autorisation

J’ai gardé le meilleur pour la fin ! Ce qui m'empêchait de passer à l'action, c'était d'attendre que quelqu'un vienne me dire : "vas-y, tu en es capable".


On n’est plus à l’école.

Personne ne va venir et te dire ce que tu dois faire pour demain.

J’ai mis des années à comprendre que je POUVAIS me donner moi-même l’approbation de faire exactement ce que j’ai envie de faire, à ma manière !

Et oui ! Je me disais toujours : « il doit y avoir une façon de faire ça, et je ne la connais pas, donc je ne peux pas le faire ».

Alors que c’est tout le contraire : le monde attend TA propre façon de faire ! Si tu as essayé jusqu’ici de te comporter comme tout le monde attend que tu le fasses et que ça n’a pas marché : tu ne te sens pas à ta place, tu n’es pas épanoui.e, tu es morose et la dépression te guette... Il est temps de CHANGER ta stratégie, de t’autoriser à faire différemment, à ta façon, et, devine quoi, c’est la BONNE façon !

Par exemple, moi je ne sais pas planifier ni me tenir à un calendrier. Plus tu essaies de me contraindre et plus je m’enfuis en courant. Tu n’entends carrément plus parler de moi des fois ! J’ai des humeurs beaucoup trop changeantes, je suis une catastrophe ambulante et je suis pas mal soumise à mon inspiration du moment. J’ai souvent des migraines, pour lesquelles je ne veux pas prendre de médicaments ou de produits chimiques, donc je reste parfois dans le noir complet pendant des heures. Ça bouscule pas mal mon emploi du temps. Parfois, je suis survoltée, j’ai plein d’énergie et je peux travailler des journées entières en étant totalement obsédée par ce que je fais. Pendant longtemps j’ai culpabilisé d’être comme ça, je voyais les autres qui arrivaient à concrétiser rapidement des projets incroyables et je me disais : t’es nulle !


Depuis que j’ai arrêté de croire qu’il y a une méthode d’organisation miracle qui permet d’obtenir comme par magie tout ce que je veux, je me sens beaucoup mieux !


J’ai mon propre rythme, ma propre méthode d’organisation (que je ne peux pas expliquer, mais je sais qu’elle est là, elle se base principalement sur mon intuition) et j’ai décidé d’ASSUMER ! Tout va beaucoup mieux, les choses se mettent en place d’elles-mêmes et je suis beaucoup plus en accord avec moi-même, la discipline, la contrainte, ce n’est pas pour moi. Tant que je n’acceptais pas ça, je me sentais mal et je me dévaluais en permanence ! Quelle plaie !


Attention, je ne suis pas totalement désorganisée 100% du temps. J’aime aussi avoir des projets pour lesquels je construis des plans d’action et je m’y tiens. Pour mes projets de conseil en entreprise par exemple. Ou pour mes coachings et mes accompagnements aussi.


Comme je te l’ai dit : je suis tout et son contraire !


4. Les choses auxquelles j’ai renoncées

Pour reprendre la responsabilité de ma vie en main, j'ai dû renoncer à quelques automatismes qui ne m'aidaient pas à créer le quotidien de mes rêves...


1. Mettre la faute de mon mal-être sur la vie, sur les autres, sur le monde (sérieux c’est pas trop dur la vie ?)


Tu ne trouves pas ta voie à cause du jugement des autres, du sens que tu veux donner à ta vie et des difficultés pour trouver et vivre ton rêve, en même temps, on vient de voir que :

  • le jugement des autres n’existe pas (ou que dans ta tête)

  • tu n’as pas besoin d’être utile

  • tu PEUX faire tout ce que tu veux...

Donc : toi seul es en train de te mettre des bâtons dans les roues pour t’empêcher d’être heureux.se. Il ne reste plus beaucoup d’échappatoires pour constater une seule chose : tu es responsable de ton malheur actuel... la bonne nouvelle ? Tu peux tout changer et t’épanouir en osant vivre tes rêves !


2. La validation des autres


Tu veux écrire un livre, alors tu te dis que tu dois faire une formation pour obtenir l’approbation, l’autorisation, la méthode qui te permettra de te mettre derrière ton ordi et pondre les chapitres d’une histoire qui t’habite depuis des mois...


N’es-tu pas simplement en train de t’autosaboter ? Pourquoi ? De quoi tu as peur si tu suis tes envies et tes rêves ?


Arrêter d’attendre la validation d’autrui, c’est reprendre les rênes de ta vie, ça fait peur, mais ça en vaut le coup :

• Tu auras beaucoup plus d’énergie

• Tu seras motivé.e et tu passeras à l’action

• Tu retrouveras confiance en toi et en tes rêves !


3. La norme

Toi aussi tu es tout et son contraire ?

Toi aussi tu as besoin de variété, tu veux écrire des livres, mais aussi donner des cours à l’université et travailler avec les entreprises pour améliorer les conditions de travail de tes congénères ?


Tu veux vivre à Bali, à Bristol et chez ta mère, le tout dans la même année ?


Tu veux être comptable le jour et trompettiste l’après-midi pour ensuite peindre des tableaux la nuit ? Tu es atypique ? Tu peux l’être et faire ce que tu veux. Abandonne l’idée de la norme et tu te sentiras tout de suite mieux.


Autre exemple pour de vrai : mon père. Il construit des maisons, il est menuisier, il est entrepreneur, professeurs, consultant commercial en entreprise, il est luthier et aussi un peu cuisinier.


Toi aussi, tu es slasheur.euse à tes heures ? Raconte-moi tout !


5. Je fais la liste de MES rêves

« Le talent, c’est d’avoir envie » - Jacques Brel
  • Qu’est-ce que tu veux vraiment ?

  • Et il se passerait quoi si tu osais ?

  • Pourquoi tu ne t’y mets pas ?

Pas besoin d’aller chercher la réponse, la reconnaissance, la validation ou l’autorisation de la réponse au-dehors. Regarde en toi, et tu trouveras... En d'autres termes, réponds aux questions spontanément, sans réfléchir, si tout était possible, tu ferais quoi ?


Tu te reconnais peut-être dans ce témoignage ? Toi aussi tu cherches ton flow, la vie pro et perso dont tu rêves ? Tu en as marre de chercher et tu voudrais TROUVER?


Contacte-moi pour parler de ce qui te bloque et en apprendre plus sur ce que le coaching peut t’apporter comme outils de transformation... Si tu l’oses !



Tu as besoin d’aide pour identifier ce qui fait de toi quelqu’un de bizarre et qui renferme la source de ton génie ? Parlons-en ! Réserve une séance découverte ici, ou contacte-moi en message privé !