Tu veux changer de job ? La peur financière n'est qu'un prétexte !

Tu détestes ton job, tu te lèves tous les jours avec des pieds de plombs ?


Tu aimerais bien changer de vie pour faire quelque chose qui te plait vraiment mais tu as « peur financièrement » ?


Tu as peur de baisser de salaire, il faut bien le rembourser ce prêt ?


Et si je te disais que tu es en train de te cacher derrière ta peur financière pour éviter de te confronter à d’autres peurs beaucoup plus puissantes et effrayantes ?


Et si je te disais que tu te mens à toi-même quand tu invoques la peur financière, histoire de rester bien au chaud dans ta zone de confort ?
Même si cette zone te tue à petit feu...

Comment enfin voir la vérité en face pour t’autoriser à vivre TA vie ?

Voici 3 pistes de réflexions issues de mon expérience personnelle.

1. La peur financière ou l’art de te mentir à toi-même


Mais d’abord... une démonstration par A+B comme je les aime !


Hypothèse : A+B²=0.


A = ta satisfaction actuelle

Tu n’es actuellement pas épanoui dans ton job, en résulte de la frustration, du stress, de l’ennui... ces émotions se répercutent dans tous les aspects de ta vie (privée, amour, social, couple, famille...) et font baisser ta confiance en toi et ta joie de vivre.

A = 0


B = ton envie de changer

Tu veux commencer à vivre, dès demain, une vie pleine d’énergie, de motivation et de passion. Tu me dis même que c’est ce que tu veux au plus profond de toi. Tu ne sais pas comment mais tu rêves d’un job qui te permette de développer ton potentiel et de te sentir util.e, si tout était possible, tu signerais demain.

B = ?


L’exposant ² = le moteur exponentiel provoqué par tes émotions positives ou négatives qui peuvent booster ou annuler ton évolution

Or, tu as peur... de gagner moins d’argent me dis-tu ! C’est d’ailleurs « ta peur principale », comme me le déclarent 100% des personnes que j’interviewe dans le cadre de mon enquête sur ce qui peut freiner mes potentiels clients à opter pour une réorientation professionnelle.


Ce qui a pour conséquence que tu restes dans cette vie professionnelle qui ne t’apporte ni satisfaction, ni épanouissement, ni bien-être (donc, comme tu ne bouges pas, ça donne 0).


Conclusion, si A + B² = 0, comme A = 0, alors B = 0


Ce qui veut dire que ton envie réelle de changer est égale à 0.

Tu vois ?


Depuis le début, tu te mens à toi-même.

Tu ne veux pas vraiment changer, la peur financière n’est qu’un PRETEXTE.


La vraie question à te poser n’est donc pas pourquoi tu as peur de perdre de l’argent, mais pourquoi tu n’as pas envie de changer ta situation. Aussi délétère qu’elle soit !


La prochaine fois que tu as envie de te cacher derrière ta peur de ne pas gagner assez de sous, sache donc que je ne suis pas dupe.


Sache que je te vois préférer le confort de ta prison dorée à l’exaltation de la liberté.

Je ne t’en veux pas. Je te comprends, même. On ne peut obliger personne à être libre, à se délester de ses poids. Car sans eux, parfois, on ne sait même plus qui on est. Assumer sa responsabilité au quotidien, peut-être douloureux au début.


Cependant, après quelques exercices, ça devient naturel et beaucoup plus simple. La simplicité serait-elle donc synonyme de liberté ?


Désormais, tu sais que chaque jour où tu continues à vivre dans ce quotidien morose, c’est un choix volontaire de ta part, tu choisis la morosité.

Si tu veux comprendre pourquoi tu fais ce choix, même si cela implique d’être angoissé, insatisfait.e et déprimé.e au quotidien, voici 3 exemples pour comprendre ce qui se cache vraiment derrière ta peur du manque financier.


2. La peur de l’échec

Si tu as peur de te lancer dans un nouveau projet qui risquerait de te faire perdre tout revenu financier, c’est que tu as surtout peur d’échouer.


En effet, si ce nouveau projet était un succès, tu aurais les revenus financiers à la hauteur de tes espérances.


Pourquoi as-tu peur d’échouer ?

  • Peut-être que tu n’as pas confiance en toi ?

  • Peut-être que tu n’as pas une vision claire des étapes qui pourraient t’amener à réussir ?

  • Peut-être que tu es du genre à faire appel aux autres en toute circonstance et tu as peur de perdre l’attention des autres si tu es dans une position de succès ?

  • En gros, tu as peur de te retrouver seul.e ?

Pour surmonter la peur d’échouer, tu peux rationnaliser.

Reviens sur des faits :

  • de combien d’argent as-tu besoin pour vivre et ton projet répond-il à ce besoin ?

  • As-tu confiance dans la réalisation de ton projet ?

  • Et si non, que peux-tu faire pour augmenter tes chances de réussir ?

Par exemple : tu es consultant.e en IT dans le secteur financier et tu réalises que tu veux devenir illustrateur.trice ? Renseigne-toi sur les salaires, calcule tes dépenses mensuelles et fais le bilan : est-ce que tu es prête à t’acheter moins de fringues ou de jeux vidéos pour pouvoir t’épanouir dans ta vie professionnelle ? Quelles sont les étapes de ta transition ? Dois-tu considérer une formation ? Quelles sont les alternatives possibles pour aborder cette période de réorientation ? Demander un temps partiel ? Demander une rupture conventionnelle ? Une fois que tu auras réfléchis à toutes ces questions, demande-toi si ta peur est toujours aussi vive. Si oui, calcule et planifie encore plus. Si non, go !


3. La peur d’être rejeté.e de ton groupe social

La plupart du temps, mes client.e.s font partie des 25% de français.es qui gagnent plus de 2500€ net par mois (source : www.inegalites.fr). Dans ce cas, la peur de connaître une baisse de revenu n’est pas liée à la peur de ne pas survivre puisque ces personnes sont éloignées de la précarité.


Dans ce cas, la peur financière est surtout liée au sentiment d’appartenance à leur catégorie sociale.


C’est ce que j’ai remarqué durant mon travail : les personnes que je rencontre et qui souhaitent se réorienter sont issues de parcours du type école de commerce et/ou d’ingénieur. A 30 ans, elles.ils font partie d’une classe sociale dont le train de vie suppose des revenus supérieurs à la moyenne et dont les signes extérieurs de richesses sont fréquents et synonymes de l’appartenance à ce même groupe.


Connaître une coupure (momentanée) de tes revenus, peut donc s’apparenter à être exclu.e des soirées au resto grastro, des vacances au ski avec jacuzzi, de la voiture full option, de la maison avec piscine, du téléphone dernier cri... et j’en passe.


La conclusion, c’est donc que pour toi, la perte de revenu est associée à la perte de l’estime de tes proches, voir de leur amour. Tu as peur qu’en gagnant moins d’argent, une fissure se crée avec ton entourage, tu as peur de te retrouver seul.e.

Donc ce n’est évidemment pas le chiffre que tu as sur ton compte en banque qui t’inquiète, c’est plutôt l’image que ton entourage aura de toi si tu décides de changer de voie.



« Tu as fait HEC pour finir par écrire des articles de blog sur internet ? », tu l'as déjà entendu, cette phrase?


Tu veux que je te révèle un secret ?


Les autres s’en foutent royalement de ce que tu fais. Tes ami.e.s, ta famille, savent que tu n’es pas épanoui.e.s, elles.ils ne demandent rien d’autres que de savoir que tu vas bien !

Si tu te reconnais dans cette peur, réfléchis : si tu es en train de vivre une demi-vie par peur de perdre tes ami.e.s, peut-on vraiment appeler ça des ami.e.s ?


Ces personnes pour qui tu te sacrifies, seraient-elles prêtes à te rejeter si tu vivais une vie épanouie ? Si oui, il est peut-être temps de te poser des questions et de revoir tes priorités !

Si non, alors, il est temps d’arrêter de trop t’en poser, go !


4. La peur de perdre ta valeur

Peut-être que, d’après toi, le montant de ton salaire est directement proportionnel à ta réussite professionnelle.


Ce chiffre serait donc l’incarnation, la justification, la signature noir sur blanc, que tu fais du bon travail, que tu mérites ta place, que tu as de la valeur.


Si on y regarde un peu plus en profondeur, tu te dis que ta valeur intrinsèque dépend du montant de ton salaire. Si le montant de tes revenus baisse, c’est carrément ta valeur et donc l’intérêt de ta présence dans le monde qui diminue. Tu vois pourquoi une partie de toi va tout faire pour t’éviter de prendre ce risque !


En effet, si ta valeur aux yeux du monde et des autres baisse, cela veut dire que les autres auront moins envie de passer du temps avec toi, donc que tu risques de te retrouver seul.e...

Un tel phénomène peut provenir de la vision de la réussite à laquelle tu as adhéré. Elle dépend de ta famille, de ton milieu socioculturel et de l’environnement dans lequel tu as grandi. Si cette vision de la réussite t’empêche de vivre une vie épanoui.e, tu peux te poser les questions suivantes :


que veux dire réussir pour toi, quelles sont les 3 valeurs les plus importantes pour toi, quelles sont les personnes que tu admires pour leur réussite et pourquoi.

De plus, un chiffre sur un compte en banque n’est en rien révélateur de la valeur d’un individu. Si tu as des doutes sur ta propre valeur, c’est peut-être parce que tu as une estime de toi vacillante.


Concentre-toi sur tes qualités, demande-toi pourquoi les autres t’apprécient et ce qui fait de toi quelqu’un d’unique (plus d’exercices pour t’aider à reprendre confiance en toi dans cet article).



5. A toi de jouer

Conclusion, si toi aussi tu veux découvrir les peurs sous-jacentes qui se cachent derrière ta peur financière, pose-toi les 3 questions suivantes :

  1. Il se passerait quoi, si là tout de suite, si tu divisais ton salaire par deux ? Exemple : ce serait la honte, je serais celle qui gagne le moins d’argent dans mon groupe d’ami.e.s où ma famille, les gens vont penser que je suis nulle.

  2. Pour toi, ce qui est synonyme de salaire c’est : .... Exemple : réussite, je pense que l’argent que tu gagnes mesure les efforts que tu fais pour bien travailler, c’est une reconnaissance de ton travail

  3. Qu’est-ce que tu perdrais, si tu divisais ton salaire par deux ? Exemple : ma valeur en tant que personne ainsi que la reconnaissance dans la qualité de mon travail

  4. Donc, pourquoi as-tu peur de baisser de salaire d’après toi ? Exemple : donc, si j’ai peur de baisser de salaire, c’est parce que je vais devoir réduire mon niveau de vie pendant un temps, mes ami.e.s et ma famille vont penser que je ne travaille pas « dur », que je ne fais pas « d’efforts ». Comme tout le monde autour de moi mène un train de vie assez élevé, j’ai peur d’être rejeté de mon groupe. Tu vois dans cet exemple que c’est la peur d’être rejeté.e par son groupe et par la peur du jugement des autres que cette personne s’empêche de vivre SA vie comme elle l’entend.

  5. Quelle action pourrais-tu faire pour surmonter la peur identifiée au point 4 ? Exemple : pour surmonter ma peur du regard des autres, j’aimerais prendre confiance en moi. Comme ça, j’aurais moins peur de me retrouver seule. Pour ce faire, je vais commencer des cours de dessins (dans le cas où je suis consultant.e IT qui veut devenir illustratrice) pour prendre du plaisir dans cette activité et voir si ça me plaît vraiment


Tu vois dans cet exemple qu’en identifiant la peur profonde, on retrouve l’énergie et la motivation pour passer à l’action naturellement ! Oui je sais c’est magique !

Tu te reconnais peut-être dans ce témoignage ? Tu connais ça ou tu as connu ça et tu aimerais en témoigner ?


Tu as besoin d’aide pour identifier ce qui fait de toi quelqu’un de bizarre et qui renferme la source de ton génie ? Parlons-en ! Réserve une séance découverte ici, ou contacte-moi en message privé !

68 vues0 commentaire